Dimanche 19 novembre 2006 à 23:36

Et voici [enfin] la reprise des textes des Esprits Modulaires... Pour ceux qui ne suivent pas mon blog depuis longtemps, cela ne doit rien vous dire. Pour ceux qui le suivent mais qui ne lisent pas les articles dépassant 10 lignes et demi (la majorité), cela ne vous dit pas grand chose non plus. Pour les vrais inconditionnels, vous savez peut-être de quoi je parle. Quoi qu'il en soit, pour tous ceux qui aiment les récits SF/Fantasy, j'ai commencé il y a plus d'un an à écrire une fiction tournant autour d'un thème : les Esprits Modulaires. Pour en savoir plus (et par conséquent comprendre la suite), vous pouvez toujours aller voir la catégorie EM [Mythe], et lire les textes. Attention, il y a un beau morceau à lire...

Place au récit, maintenant.

***

Le port de Nehin renferme bon nombre de secrets perdus depuis des âges immémoriaux. Gardant précieusement Eaque dans mon dos, recouverte par ma longue cape grise, je cherche à retrouver le Passeur de Nogorin, nommé ainsi car il servait autrefois la famille impériale de Nehin, jusqu'à ce que Talnë les reprenne tous, par le biais de ses Archanges. Lui seul pourra m'aider à embarquer sur un des bateaux en partance pour Saeptentia. Je sais qu'il est en vie, quelque part dans la cité, mais je n'ai que très peu d'informations sur lui. La perle de Nachée que je porte à l'oreille gauche ne semble pas détecter le moindre évènement susceptible de m'aider, et je n'ai pas beaucoup de temps, car le navire marchand qui part demain sera le dernier bâtiment de toute l'histoire de Nehin à voguer vers Saeptentia. En effet, les Anges des Trônes, qui dirigent la cité aux sept statues, ont décidé de couper leur bastion du monde, et de n'autoriser les allées et venues que des personnes de confiance. Etant modulaire et de plus connu de l'un de leurs chefs, Nelchael, je n'aurais donc aucune autre chance d'infiltrer leur vigilance...

Les minutes me sont comptées. Un ecclésiastique m'a repéré, ou tout du moins c'est l'impression qu'il m'a donné. Il faut dire que je ne suis pas très discret, portant des vêtements créés par le Concile, qui me protègent du regard de la masse mais qui attirent celui de l'Eglise. Je suppose que ce curé va envoyer un groupe de soldats patrouiller dans les rues, afin d'essayer de me repérer. Ce qu'il ignore, et ce que découvriront peut être les soldats, c'est que j'ai sur moi Eaque, et que je possède un certain nombre d'atouts, comme la capacité d'Isolation. Mais l'état Spectral ne me sauvera pas toujours, et il faut par conséquent que je fasse vite, très vite. La seule information concernant le Passeur m'a été donnée par Jilgor : il vit tout près du port, dans une maison en bois ancien. L'ennui, c'est que toute la cité ou presque est construite en bois, et repérer le bois ancien n'a jamais vraiment été une de mes spécialités. Je descends donc vers les bâtiments portuaires, dans l'espoir un peu utopique de tomber par hasard sur le Passeur de Nogorin...

"Monsieur !"

Non... Ce n'est pas possible ! Je ne peux pas avoir été repéré aussi vite...

"Monsieur, attendez !"

Je préfère jouer l'ignorance, feindre de ne rien entendre plutôt que d'affronter un ou plusieurs hommes en plein jour dans une rue... Et tandis que je me prépare à l'état Spectral, une main se pose sur mon épaule.

"Monsieur ! Vous avez perdu ceci..."

Je me retourne doucement. Un homme encapuchonné me regarde d'un air bienveillant, tenant dans sa main un morceau de papier jauni. Je l'avais complètement oublié dans ma poche... Il ne m'est d'aucune utilité, mais je le reprends en marmonnant un vague "merci", et je détache mon regard des yeux de mon interlocuteur, signe très clair de fin de conversation. Je suis tout de même étonné par un point : la couleur de ses iris était surprenante, entre le bleu et l'argent, une couleur que j'ai très rarement vue... Une vague d'inquiétude me saisit tout à coup, sans que je sache vraiment pourquoi, mais je la chasse vite, et j'arrive près des premiers baraquements du port...

J'ai à peine commencé à chercher que je tombe sur un panneau indiquant la direction de la demeure de l'ancienne famille impériale. Les choses vont être plus faciles que je ne le pensais... Quelques minutes plus tard, je me retrouve devant une lourde porte noircie par le temps, et sans plus hésiter je la pousse pour pénétrer dans le manoir des Nogorin, lieu chargé d'émotion s'il en est. Les Nogorin étaient une dynastie bourgeoise, ayant donné naissance à tous les anciens empereurs de la cité. Ils étaient très proches de l'Eglise et la légende raconte que Camaël, l'ange régent des Puissances, était leur protecteur. Lorsque leur lignée a disparu, Nehin est entré dans une sombre ère, durant laquelle se sont succédés à l'exercice du pouvoir différents imposteurs tous plus avides de sang les uns que les autres, jusqu'à l'avènement de Phaex. Il reprit la cité en main, et depuis le calme règne dans les rues de Nehin, qui s'est ouvert au monde marchand grâce à son immense port. Le manoir des Nogorin est resté, lui, car Phaex a voulu laisser debout cette trace du glorieux passé des hommes de Nehin, autrefois connus pour leur vaillance et leur courage. Mon entrée dans ce lieu sacré ne doit pas être connue des habitants, faute de quoi je risque de ne jamais retrouver Kalmayr...

Tout à coup, la porte claque d'entrée claque sèchement, les lumières s'éteignent, et deux petites flammes bleutées s'allument à quelques mètres de moi. Je fais prudemment un pas en arrière, et je pose le pied sur quelque chose de mou et de volumineux. Je me retourne pour examiner la chose, et je distingue avec effarement un corps humain, horriblement désarticulé, les mains brûlées. Le Passeur de Nogorin... Le pauvre homme n'aura pas suffisamment vécu pour aider le dernier passager clandestin à prendre place sur le dernier bateau vers Saeptentia. Immédiatement, j'entre dans la première phase d'Isolation, et je refais volte-face vers les flammes. C'est alors que je comprends... Ce sont des yeux, et cette couleur qui m'avait choqué quelques dizaines de minutes auparavant m'inquiète maintenant. Si cette créature est bien ce que je crains qu'elle puisse être... L'état des mains du vieux Passeur est en effet caractéristique du comportement d'un Ange tueur, un des Puissances. Je ne le connais pas, peut-être est-ce Aniel ou Menadel, mais dans tous les cas je compte bien me défendre, cette fois-ci, et je suis armé en conséquence. Et alors qu'il se révèle à moi, éblouissant dans sa parure blanche, j'entre dans mon état Spectral et je dégaine Eaque, lié à elle par la perle de Nachée qui vibre de toute son âme à mon oreille...

Le combat peut commencer...

Par cepheide le Lundi 20 novembre 2006 à 19:12
houla...je vais relire le début...ce sera pas de trop!
Par Kalmayr le Lundi 20 novembre 2006 à 21:08
Grand retour.
Grande histoire.
A nous de faire en sorte qu'elle le soit.
Par Soniko le Mardi 21 novembre 2006 à 14:47
Encore !!! Encore !!!
Par nelizpuce le Mardi 28 novembre 2006 à 18:52
Que dire ?
Le style d'écriture a changé, il n'y a plus ce que j'adorais (si je retrouvais le nom m'aiderait mais même toi tu ne sais plus du moment que tu vois de quoi je parle)
mais on adore quand même, c'est agréable de lire de la nouveauté, inventée =)
oui ça y'est j'ai lu ;)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://joker.cowblog.fr/trackback/1359950

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast