Lundi 6 janvier 2014 à 18:38

 Et merde !

Je m'aperçois que j'ai laissé passer le dixième anniversaire de ce blog. C'était le 17 décembre 2013.

Putain. 10 ans quand même.

Jeudi 22 août 2013 à 9:07

Je ne suis pas une légende urbaine. Je vous ai menti tout ce temps.

Je ne comprends pas les gens. Pas tous, en tout cas. Pour une bonne partie d'entre eux, je ne comprends pas leurs réactions, leurs pensées, leurs comportements, leur logique. Je les regarde, je les observe même, mais sans but précis, sans plus d'intérêt que pour un insecte écrasé sur un plancher massif par le mocassin de Jean-Michel-Pognon.

Mais au-delà de ça, je sais décrypter les sentiments chez les gens que je connais. Les sentiments, les sensations, les idées, les rêves. Anticiper, telle est la clé. Et bien qu'il soit inutile d'épiloguer sur l'évidence de l'inutilité chronique de l'anticipation sociologique, parfois c'est quand même assez drôle.

Mais au final on s'en fout. Je ne suis pas fait du même bois qu'eux, et peut-être pas du même que toi non plus. Ce n'est rien, juste une histoire de bois. On en coupe, du bois, on en fait des feux, on ne lui colle pas une âme dans la racine pour lui dire "allez, tiens ! sois le même que les autres", il s'en fout le bois, lui tout ce qu'il veut c'est rester dans son coin et pousser.

Non mais c'est fou en plus, quand tu dis tout ça aux gens, je ne me sens pas comme toi blablabla, ils ne t'écoutent pas. En fait, ils n'en ont rien à foutre. Et finalement, je les comprends. Quoi de plus inintéressant qu'un étranger ? On ne sait pas, on n'ose pas. Alors on dit qu'on ne croit pas. Ou tout du moins qu'on est sceptique, qu'on est vaguement d'accord mais au final qu'on s'en cogne. La peur de l'Autre, du Différent, transposée aux lois sociales humaines.

Plus personne ne lit ce truc de toute façon. Et je n'en suis plus aux caprices larmoyants du bloggeur ado qui fait sa crise, mec (ou meuf). J'ai 28 ans maintenant, et j'ai eu le temps de me retourner sur tout ça, et de me retourner la tronche aussi. Cherche pas, je te dis que je ne comprends pas le monde qui m'entoure, ou tout du moins une bonne partie.

En fait si, je suis une légende urbaine
.

Et ça ne va pas t'avancer à quoi que ce soit d'utile pour ta journée.

 

Lundi 9 mai 2011 à 2:09

Je n'aurais jamais du retomber sur ces photos. Par un concours de circonstances, c'est le cas. J'ai du mal à penser, à voir clair, l'heure tardive n'y est pas étrangère, sans doute. J'ai les traits tirés et l'estomac noué. Je ne sais plus expliquer ces réminiscences brutales, je sais juste qu'elles me minent à intervalles réguliers. Comme un écho dans mon âme... Comme un coeur qui battait.

Mardi 29 mars 2011 à 16:46

Petite exhumation d'un vieil article (octobre 2008), avec quelques légères réécritures.

Parce que l'horoscope n'est pas l'apanage des astrologues, voici ma propre version de l'horoscope de votre année 2011. Je vous présente le Noroscope.

Bélier

Travail : la mine, c'est terminé. Maintenant, on fait des micro-ondes et des pédalos. Mettez vous à la page, bordel !
Amour : n'espérez rien de l'entrée de la Lune dans votre signe. En fait, ces présages n'ont jamais rien voulu dire, ne soyez pas si naïf. Attendez plutôt la concordance entre Mars et Bounty, et tout ira mieux.
Argent : méfiez vous des comptables et des Italiens, et au pire filez-leur un coup de boule.
Santé : vous devriez essayer le Football.

Taural (un taural, des taureaux)

Travail : inexistant. Vous avez vraiment besoin d'un horoscope pour savoir que vous ne foutez rien ?
Amour : cela fait bien longtemps que vous essuyez des revers. Ne désespérez pas, la persévérance va vous apporter l'amour. Cherchez bien sous les grosses pierres ou au fond d'un slip.
Argent : la fin de l'année devrait vous apporter des fonds, aux alentours de Noël. Que voulez-vous, la divination, ça ne s'explique pas.
Santé : mais pas des pieds.

Gémal (même chose)

Travail : un petit tour à l'école ne vous aurait pas fait de mal, étant jeune. Vous voilà maintenant condamné à déposer des CV dans les entreprises qui forment des techniciens de surface.
Amour : la Nintendo 3DS n'est pas une alternative aux rapports sexuels frénétiques. Prenez le temps de recentrer vos priorités.
Argent : n'oubliez pas de faire des dons à la recherche. N'importe laquelle, pourvu que j'en sois le parrain.
Santé : hier, pas de thé.

Cancer

Travail : vous vous destinez à une profession para-médicale. Ne faites pas l'étonné, vous le savez depuis que l'on vous a expliqué ce qu'était la gériatrie.
Amour : la chirurgie esthétique a fait de gros progrès depuis le début du siècle. Profitez de l'arrivée d'Uranus pour jouir des dernières technologies en matière de refonte faciale.
Argent : évidemment, se faire refaire la tronche, ça coûte cher. Pensez à économiser, et tant pis pour la Lada que vous pensiez acheter.
Santé : avec un signe comme le vôtre, ne vous attendez pas à vivre vieux.

Lion

Travail : sortez vos griffes, cessez de vous faire exploiter par votre patron. L'esclavage a été aboli depuis des décennies, ne soyez pas la Cosette des temps modernes.
Amour : la Belle au Bois Dormant est un dessin animé, tout comme Shrek. Quoi que pour l'âne, vous n'en êtes pas loin.
Argent : inutile d'espérer une quelconque rentrée d'argent, pour cela il faudrait que vous soyez un peu moins marginal. En même temps, la vie dans la savane n'apporte rien.
Santé : n'oubliez pas le footing.

Vierge

Travail : on vous l'a dit, le secrétariat n'est pas une voie d'avenir. Cependant, vous pouvez dès à présent vous orienter vers la vente de fruits et légumes.
Amour : il est des signes prédestinés à vous ouvrir les yeux. Ne vous étonnez pas si vos partenaires se rhabillent et partent avant même d'avoir entamé un quelconque échange corporel.
Argent : la candeur qui vous habite n'est pas un gage de sérieux. Vous ne gagnerez rien tant que vous porterez ce t-shirt de Madonna "Like A Virgin".
Santé : les MST ne vous font pas peur.

Balance

Travail : cessez de dénoncer vos collègues à l'autorité supérieure compétente. Vous finiriez par perdre votre poste, ou bien alors vous retrouver à la place de ladite autorité. Qui a dit que les patrons étaient hypocrites ?
Amour : entre les deux, votre coeur balance. Si seulement c'était entre autre chose que votre cactus d'intérieur et votre hamster qui pue.
Argent : il n'est pas nécessaire de peser vos sous, mais plutôt de les compter. Vous risquez d'ailleurs d'obtenir un chiffre bien moins conséquent.
Santé : évitez les chaussures en toile.

Scorpion

Travail : depuis que vous chantez "Still Loving You" à longueur de journée, même les chiens vous jettent des figues trop mûres. N'espérez pas trouver un travail avec cette attitude.
Amour : vous allez entrer dans l'année de Vénus, ce qui ne signifie pas que vous allez trouver l'âme-soeur, mais bien que vous devrier vous raser avant de draguer. Les mauvaises surprises au lit sont évitables.
Argent : pas du tout.
Santé : nettoyez votre dard.

Sagittaire

Travail : aucun effort en mathématiques, ne comprend rien en philosophie, joue avec les burettes en chimie. Avec un bulletin comme ça, orientez-vous vers la DDE.
Amour : ne vous laissez pas abattre, ce n'est pas ce 1435ème refus consécutif qui doit vous faire penser que personne ne veut de vous. Attendez encore 10 refus avant de vous poser les bonnes questions.
Argent : vous pensez vraiment qu'en conduisant une Twingo orange, vous aller gagner beaucoup d'argent ?
Santé : pas assez de courgettes.

Capricorne

Travail : le capricorne est un insecte de l'ordre des coléoptères. Si vous ne saviez pas ça, votre carrière dans la biologie moléculaire est foutue d'avance.
Amour : ce qui se passe dans la série des American Pie n'est pas la réalité, comprenez-le bien. Vous ne vivez pas entouré d'acteurs, vous ne vivez même pas entouré de gens qui vous regardent. Changez.
Argent : l'alignement de Jupiler et de Satourne ne peut vouloir signifier qu'une chose : allez dépenser votre fric dans un bar.
Santé : boire ou choisir, il faut conduire.

Versal (on vous a déjà expliqué, bordel)

Travail : commencez par terminer cette année en comprenant ce que le mot "travail" veut dire, et ensuite vous pourrez espérer mieux.
Amour : à force de vouloir sans cesse renouveler vos fréquentations de l'autre sexe, vous allez finir homosexuel. N'y a-t-il pas une place pour chacun d'entre nous en amour ?
Argent : vous risquez fort de vous ruiner en capotes si vous êtes un homme.
Santé : vous risquer fort de devoir vous ruiner en capotes si vous êtes un homme.

Poisson

Travail : le film "Sauvez Willy" a marqué votre enfance. Le seul hic, c'est que vous ne pourrez pas embrasser la carrière de l'orque, alors tournez vous plutôt vers celle du gamin.
Amour : ne vous tournez pas trop vers les gamins non plus.
Argent : en l'absence de Pluton dans votre ciel astral, les retombées financières de la mise en vente de vos ustensiles de cuisine usagés risquent de ne pas être à la hauteur de vos espérances.
Santé : méfiez-vous de l'eau.

Mercredi 1er décembre 2010 à 16:00

Je viens de me souvenir du principe du "Portrait à la Sherlock Holmes", un portrait censé nous définir sur la base d'une liste de domaines divers et variés dans lesquels ont donne à chaque fois notre niveau de compétences et/ou de capacités. Cela permet de sortir du portrait ordinaire et cela donne une image globale de la personne que l'on dépeint.

Je vais tenter de faire le mien tout en assurant un maximum d'objectivité, et en essayant d'embrasser un maximum de domaines. Voici donc mon portrait "à la Sherlock Holmes", suivant le plan [Discipline : Connaissances].


Agronomie : inexistantes.
Archéologie : quasi nulles.
Architecture : très vagues, proches du néant.
Arts et Culture : mauvaises en arts graphiques, bonnes dans les autres domaines.
Astronomie : assez bonnes en physique spatiale, quasi nulles en cosmologie.
Astrologie : très disparates, globalement faibles.
Automobile : très bonnes.
Biologie : relativement solides mais assez hétérogènes.
Botanique : quasi nulles.
Cognitique : bonnes, au delà de la moyenne en tout cas.
Communication : très bonnes.
Droit : très faibles, sauf en droit artistique.
Economie : scolaires, donc faibles.
Electricité : correctes, sans plus.
Electronique : médiocres.
Ethnologie : assez bonnes, darwinisme inclus.
Géographie : bonnes, voire très bonnes.
Géologie : quasi nulles.
Histoire : friables, dispersées, globalement très moyennes.
Informatique : excellentes, professionnelles dans certains domaines.
Linguistique : bonnes et intuitives.
Littérature : correctes.
Logique : relativement correctes, honnêtes.
Marketing : faibles mais intuitives.
Mathématiques : assez fragiles, peu fiables.
Mécanique : honorables.
Médecine : au dessus de la moyenne, bien que restant souvent superficielles.
Musique : extrêmement solides, excellentes à tous étages.
Optique : très bonnes.
Paléontologie : surprenantes pour la moyenne, très faibles pour le spécialiste.
Pédagogie : intéressantes.
Philosophie : très hétérogènes.
Photographie : excellentes pour le cadre, bonnes pour la lumière.
Physiologie : assez supérieures à la moyenne.
Physique : scolaires, globalement faibles, sauf en physique quantique.
Politique : poussées dans certains domaines, globalement moyennes.
Psychologie : bonnes et très intuitives.
Religion : proche du néant, athéisme à prendre en compte.
Sociologie : relativement solides.
Sports : excellentes dans tous les domaines.



Je vous invite à réaliser votre propre portrait sur ce modèle - bien entendu vous n'êtes pas obligés de reprendre toutes ces disciplines, vous pouvez en enlever ou en rajouter. Vous verrez, c'est un excellent moyen d'introspection.

Mardi 30 novembre 2010 à 23:08

Ces quelques notes... Cette musique... Il est loin, le temps des étreintes, le temps qui courait sans jamais sembler vouloir fléchir, rythmé par ces envolées, suivant la trajectoire de cette mélodie cyclique. Il est loin, ce temps béni qui n'avait pour but que de voir au loin, d'espérer, de croire et d'aimer.

Ce soir, et comme depuis dix mois déjà, écouter ce morceau n'a plus la même signification. S'y mêlent le chagrin, l'enfermement, la haine et l'incompréhension, armés de cette délivrance qui paraît ne jamais vouloir éclore, effleurant d'un doigt triste le chant de l'espérance inaccessible. Le temps de la course est révolu, les larmes ont cessé et l'hiver approche de nouveau, sans savoir que son cortège de froid et de grisaille n'a pas de prise sur moi tant sa signification est hélas plus profonde que la banale matérialité qu'il altère, renvoyant sans cesse son image de glace aux yeux des âmes torturées.

Convoiter la renaissance est sans but, sans fin. L'altérité est passée par là, et j'y ai laissé mon sourire. Car celui qui se dessine sur mon visage aujourd'hui n'est plus qu'un vague souvenir d'une époque effacée, si proche et si lointaine déjà. Ce sourire que je porte n'est qu'une imposture, si invraisemblable que cela puisse paraître, en regard de celui que j'avais pour Elle.

J'écoute les notes s'égrener, lancinantes, transperçantes. J'écoute et je vois la musique, je la ressens au plus profond de mon être, mutilant mon bonheur passé, lacérant mes souvenirs sans aucune pitié. J'écoute et je touche la mélodie, je la reproduis dans le vide avec mes mains, ces mains qui ont vu tant de choses et qui aujourd'hui sont privées des courbes qu'elles connaissaient si bien.

Je regarde ce lampadaire clignoter. Je sais pourquoi il existe dans ce décor, dans le décor de mon esprit ravagé. Il est si terne, si froid, si vide de sens, et pourtant sa lumière veut se battre pour exister, n'éclairant que trop rarement un monde aussi indifférent qu'Elle pouvait l'être.

J'ai cessé de me battre... non... je me bats encore. Je ne sais plus vraiment quelle direction choisir, quelle larme verser. J'ai cessé de croire, je croyais pourtant, je crois sans doute encore, je ne sais plus qui croire. Tant de journées passées à ressasser les événements dans mon esprit, tant de doutes frappés du sceau de l'inutilité chronique, tout comme de la régression incontrôlée.

Il est temps de marcher vers un nouveau décor, celui qui soufflera le vent du renouveau, effaçant cette torpeur indicible. Mais aujourd'hui je ne sais plus si j'ai le courage d'y aller. Ce décor, finalement, porte en ses gènes l'assurance d'un monde instable, faux, malhonnête. Univers mis en scène... Quelle grotesque mise en abyme, quel paradoxe pour moi.

La musique s'est arrêtée... Mon coeur aussi, un jour de janvier. Puisse-t-il à nouveau se réveiller, et cesser de jouer ce jeu de dupes, cette comédie qui ne trompe plus le corps dans lequel il est enfermé.

Tu me manques, Marie.

Samedi 14 août 2010 à 14:37

Vous faites preuve d'une parfaite maîtrise de soi face aux défis de la vie, sans pour autant donner l'impression d'être une personne bornée et trop sûre d'elle-même. En règle générale, vous vous organisez parfaitement dans votre travail et vous vous en acquittez consciencieusement, en faisant preuve de beaucoup de motivation et d'ambition. C'est d'ailleurs pour cela que vous vous fixez pour objectif de toujours atteindre le meilleur résultat possible. Votre spontanéité et votre flexibilité vous permettent de vous détourner parfois de l'objectif concret pour pouvoir mieux l'atteindre. En effet, lorsque cela s'avère nécessaire, vous n'hésitez pas à faire appel à votre capacité d'improvisation ou à suivre votre intuition, pour peu que cela vous permette d'atteindre votre objectif plus rapidement.

Vous êtes particulièrement doué dans le règlement de petits conflits du quotidien. Vous êtes doté d'une très grande empathie et en général, vous savez trouver le bon dosage entre rationalité et émotions pour évaluer et surmonter les crises survenant dans votre vie ou dans celle de vos amis. Grâce à votre personnalité chaleureuse, vous n'avez aucune difficulté à vous mettre à la place des autres et de ce fait, à comprendre leurs réactions. Parallèlement, vous êtes capable de défendre votre point de vue. En général, vous donnez votre avis de façon très directe, sans pour autant être blessant. Et si vous laissez parfois libre cours à votre mauvaise humeur, vous n'êtes pas du tout rancunier et serez toujours là pour aider vos proches.

Votre audace, que vous exprimez par votre soif de nouvelles connaissances, votre ouverture d'esprit et votre flexbilité intellectuelle, surprend toujours votre entourage. Vous êtes naturellement attiré par les nouvelles expériences. Ainsi, vous êtes dénué de préjugés et à l'affût de chaque possibilité de changement. Vous êtes toujours en quête de changement et privilégiez les solutions non-conventionnelles, car vous voyez en elles un progrès potentiel. Vous éprouvez souvent de la gêne vis-à-vis de personnes pensant de façon stricte et conventionnelle. Vous vous laissez irriter par le manque de flexibilité de points de vue conservatifs qui vous paraissent le plus souvent du temps, dénués de toute émotion. Vous faites confiance à votre intuition. Lorsque vous éprouvez de l'intérêt pour une nouvelle façon de penser, vous suivez vos sentiments et poursuivez cette innovation. Cette capacité d'enthousiasme fascine votre entourage, qui se laisse souvent porter par votre charisme et votre présence marquée.

Vous êtes spontané et affichez une réelle joie de vivre. La routine vous rebute, et vous fuyez les pantouflards en tout genre. Vous êtes actif et sociable et appréciez le contact avec autrui. Vous affichez une personnalité ouverte et agréable, grâce à laquelle vous faites rapidement connaissance et vous vous faites de nouveaux amis. Votre entourage apprécie particulièrement votre optimisme et votre dynamisme, et vous n'avez aucun problème à le motiver autour d'une idée, d'une sortie ou d'un projet. Tous vos amis savent qu'il est impossible de s'ennuyer avec vous. Malgré tout, vous appréciez parfois prendre quelques instants pour vous avec vos amis les plus proches, qui vous permettent de vous ressourcer. Vos amis en sont d'ailleurs ravis, car cela leur prouve que, malgré toutes les activités que vous entreprenez, vous ne les oubliez pas et savez prendre sur votre temps pour entretenir leur amitié.

Vous n'êtes ni une personne entièrement de raison, ni entièrement de cœur, vous êtes tout simplement un mélange des deux. Vous maîtrisez les situations difficiles en tenant compte des circonstances extérieures. Si le problème concerne votre vie professionnelle, vous saurez vous extirper facilement et rationnellement de situations vous affectant émotionnellement. Si le problème concerne votre vie personnelle ou votre cercle d'amis proches, vous aurez plutôt tendance à exprimer vos sentiments et à laisser le rationnel de côté. Votre approche réfléchie vous permet de prendre de la distance et de garder la tête froide. Votre capacité à encaisser émotionnellement vos propres problèmes ou ceux des autres révèle votre personnalité sensible et soucieuse du bien-être de ses proches. Grâce à cette faculté d'empathie, conjuguée à votre mode de pensée rationnel, votre amitié est bien souvent chérie par vos amis, qui feront souvent appel à vous pour avoir un avis réaliste et honnête lorsqu'ils sont en difficulté.


Jeudi 29 juillet 2010 à 1:01

Une fois n'est pas coutume, une petite revue du grand écran pour clôturer une journée bien (peu) remplie. Deux films en fait, deux des plus grosses sorties de l'été. Maintenant, pour un jeune néo-diplômé en cinéma, c'est un peu normal d'aller voir les hits, mais aussi d'aller voir les bons films d'auteur : suite donc au prochain épisode. Pour l'instant ce sera gros bras, gros flingues et effets spéciaux.

Commençons par Inception. Beau casting, Leo DiCaprio en ancienne légende devenu prisonnier de ses doutes, Marion Cotillard en apparition plus que persuasive, Ellen Page en petite génie et Tom Hardy en faussaire fantastique... Les autres rôles sont un peu plus anecdotiques à mon sens, ces quatre-là tirent facilement leur épingle du jeu, et DiCaprio est clairement au-dessus. Côté visuel, c'est beau, c'est propre, c'est bien cadré. Quelques petits problèmes de point assez étonnants pour un film de ce calibre, mais bon on pardonnera ce détail, parce que c'est clairement un détail pour le spectateur moyen.

En tout cas, y'a pas à dire, la pellicule ça fait mal. Un film tourné en 35 reste au dessus d'un film tourné en numérique, c'est clair net et précis. Wally Pfister à la direction photo, c'est pas une surprise pour un film de Christopher Nolan, c'est lui qu'il avait appelé pour les Batman, Memento, Insomnia... Et effectivement, l'image est légèrement chaude, à peine désaturée, avec un bon vieux gamma de péloche, tu le sens mon gros système Panavision derrière. C'est beau, c'est chaleureux ; pour les mélomanes c'est un peu le vinyle du cinéma.

Tiens d'ailleurs, côté effets visuels, ça dépote. Le concept même du film (vous inquiétez pas je ne spoilerai pas) implique une belle débauche d'effets spéciaux, et ça tombe bien, les bonnes idées sont bien rendues, tout va bien donc.

Bon, côté scénario rien à ajouter, c'est complexe, c'est recherché, Nolan nous surprend. En fait, le scénario est tellement ramifié qu'il aurait fallu un film de 4 heures en lieu et place de 2h28, mais bon c'est pas vendeur... Du coup c'est un peu compressé, certains passages sont mis en scène comme s'ils coulaient de source alors que bon, faut avouer, c'est pas évident à piger au premier abord. Heureusement, l'histoire se délie et on revient facilement sur ce que je qualifierai de démarrage en trombe. Côté réalisation, c'est ce même Christopher Nolan qui s'y colle, heureusement encore une fois car j'ai du mal à imaginer le résultat si il avait eu à tourner ce scénario sans l'avoir écrit. L'ambiance est lourde, gluante, stressante même sur certaines scènes, le rythme est bon et on se prend à imaginer cet univers autour de nous à la sortie de la salle.

En bref, un excellent film, prenant et efficace, visuellement impressionnant, pour moi clairement le film de l'été, et peut-être de l'année, on en saura plus avec les sorties de la rentrée et de la fin d'année. Ses quelques petits défauts sont facilement pardonnables ! En attendant, c'est à voir et revoir sans modération, et surtout au cinéma, bande de pirates, ce serait vraiment dommage de s'en priver.


Second blockbuster, Night and Day - Knight and Day en Anglais - d'ailleurs le titre original prend tout son sens lorsque l'on a vu le film. Bon, c'est autre chose c'est sûr, mais vous allez voir que ça vaut quand même le détour. Franchement, même si l'on n'aime pas spécialement Tom Cruise, le voir de nouveau associé à Cameron Diaz - 8 ans après Vanilla Sky - ça donne envie ! Et le résultat n'est pas loin d'être un sans faute, dommage qu'il soit plombé par quelques petites erreurs.

Déjà, pourquoi du numérique ? Ok, c'est moins cher, mais ça se voit vraiment. L'image est lisse comme un galet, le piqué est moins bon, la colorimétrie est très étirée, et la balance des blancs ultra neutre. C'était peut-être un choix du directeur photo ceci dit, mais je trouve ça dommage, car au final l'image est comme la balance : neutre. Du coup, pas de risque de jugements sur une teinte particulière, mais l'image aurait pu en sortir métamorphosée que de tirer vers les jaunes (et je ne dis pas ça parce que j'adore tourner en lumières chaudes).

Effets spéciaux, rien à dire. Pas d'erreur, un bon film d'action avec Tom Cruise reste un bon film d'action avec Tom Cruise : des voitures qui explosent, des avions qui se posent dans les champs, des poursuites à moto, n'en jetez plus la coupe est pleine !

Le scénario, lui, est vu et revu, convenu même. Mais franchement, ça passe plutôt bien voire même très bien tant la réalisation est à la hauteur. Et le duo de choc porte littéralement le film, ils sont vraiment excellents dans leurs rôles. Tom Cruise est posé, un brin farceur, avec une pointe de flegme qui nous ferait presque penser à un agent britannique, et une assurance sans limites à faire pâlir d'envie le bon vieux 007. Cameron Diaz est parfaite dans la peau de l'héroine malgré elle : affolée, dépassée, impulsive et amoureuse, voilà le genre de paradoxe qu'elle aime à jouer.

En conclusion, le film est franchement une réussite, c'est la bonne surprise de l'été. On n'en attendait pas moins d'un duo aussi prestigieux, il faut avouer qu'il est sacrément efficace. Et pour cerner les limites du film, il suffit d'imaginer ce qu'il aurait été avec d'autres comédiens : moyen, convenu, un peu pâlot. Au final, il est divertissant, drôle et rythmé, et souffre de quelques défauts sur lesquels on ne s'attardera qu'autour d'une pizza après un apéro un peu arrosé.


Voilà, c'était tout pour aujourd'hui. 

Mercredi 19 mai 2010 à 23:49

 And she cries... No way to, no reason to. She knows that, deeply inside, she's wrong, but she cries. I mislike it... She shouldn't have to. I told her sometimes, I tell her tonight. Don't let u sinkin', come on, u're more than what people say, and u know that. Trust me, again.

Lundi 3 mai 2010 à 15:05

Aujourd'hui, prenons ensemble le vertueux chemin encyclopédique, balisé par les équivoques idées reçues et les amalgames de la populace de bas étage, du petit dictionnaire comportemental. Il s'agit autant d'éthologie que de psychologie, mais bien entendu rien n'est sérieux ni scientifique, nous sommes ici dans un essai, le second degré marquant la majorité des propos qui vont suivre.

D'ailleurs, pour ceux qui n'ont même pas compris cette introduction, vous pouvez cliquer sur ce lien et passer à autre chose.

- Solitude : comportement du solitaire. Acte de se rendre indisponible. La solitude a pour principal intérêt de pouvoir bouffer des chips en buvant de la vodka sans que l'opinion publique ne s'offusque d'un tel comportement. La télévision prend également tout son sens, lorsque l'ensemble des phénomènes observables de façon externe ne ressemble qu'à une infâme bouillie picturale.

- Mimétisme : comportement du mime. Acte de se donner un air que l'on ne connaît pas. Le mimétisme permet de donner l'illusion à l'entourage que l'on sait être l'autre, ce qui se traduit la plupart du temps par un acte matériel dénué de sens profond, superficiel et illusoire.

- Errance : comportement erratique. Acte de recherche sans but. Par essence indescriptible précisément, l'errance est peu ou mal comprise par ceux qui la contemplent chez un être, ce qui n'est qu'une contradiction de plus dans le processus directionnel puisqu'il est difficile de contempler quelque chose que l'on comprend mal.

- Loyauté : comportement en voie de disparition. Acte de rendre sans compter. L'être loyal sait ce qu'il doit, et sait surtout comment le rendre, en tout cas s'y essaie. Il sait également qu'il ne s'agit pas d'un raisonnement fondamentalement vénal dans le sens de l'approche psychologique, mais plutôt d'un dévouement naturel.

- Amour : comportement qui n'en est pas un. Acte d'aimer. L'amour a d'innombrables définitions, et parmi elles se retrouvent l'incohérence de l'être amoureux. Cette incohérence est parfois à rapprocher de l'errance, mais est sans doute un comportement incompris dans la majorité des cas. L'amour étant plus profond que cela, l'incompréhension n'a pas de raison d'être.

- Lâcheté : comportement naturel chez l'homme. Acte antinomique du courage. La lâcheté n'existe que lorsque l'enjeu dépasse l'être concerné. A ne pas confondre avec le repli, qui est un acte d'autoprotection. Etre lâche ne signifie pas se protéger mais se dégager volontairement d'un conflit ou d'une situation embarrassante.

- Ecrire : comportement volatile. Acte de s'exprimer. Voir ce blog.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast