Je ne suis pas une légende urbaine. Je vous ai menti tout ce temps.

Je ne comprends pas les gens. Pas tous, en tout cas. Pour une bonne partie d'entre eux, je ne comprends pas leurs réactions, leurs pensées, leurs comportements, leur logique. Je les regarde, je les observe même, mais sans but précis, sans plus d'intérêt que pour un insecte écrasé sur un plancher massif par le mocassin de Jean-Michel-Pognon.

Mais au-delà de ça, je sais décrypter les sentiments chez les gens que je connais. Les sentiments, les sensations, les idées, les rêves. Anticiper, telle est la clé. Et bien qu'il soit inutile d'épiloguer sur l'évidence de l'inutilité chronique de l'anticipation sociologique, parfois c'est quand même assez drôle.

Mais au final on s'en fout. Je ne suis pas fait du même bois qu'eux, et peut-être pas du même que toi non plus. Ce n'est rien, juste une histoire de bois. On en coupe, du bois, on en fait des feux, on ne lui colle pas une âme dans la racine pour lui dire "allez, tiens ! sois le même que les autres", il s'en fout le bois, lui tout ce qu'il veut c'est rester dans son coin et pousser.

Non mais c'est fou en plus, quand tu dis tout ça aux gens, je ne me sens pas comme toi blablabla, ils ne t'écoutent pas. En fait, ils n'en ont rien à foutre. Et finalement, je les comprends. Quoi de plus inintéressant qu'un étranger ? On ne sait pas, on n'ose pas. Alors on dit qu'on ne croit pas. Ou tout du moins qu'on est sceptique, qu'on est vaguement d'accord mais au final qu'on s'en cogne. La peur de l'Autre, du Différent, transposée aux lois sociales humaines.

Plus personne ne lit ce truc de toute façon. Et je n'en suis plus aux caprices larmoyants du bloggeur ado qui fait sa crise, mec (ou meuf). J'ai 28 ans maintenant, et j'ai eu le temps de me retourner sur tout ça, et de me retourner la tronche aussi. Cherche pas, je te dis que je ne comprends pas le monde qui m'entoure, ou tout du moins une bonne partie.

En fait si, je suis une légende urbaine
.

Et ça ne va pas t'avancer à quoi que ce soit d'utile pour ta journée.