Franchement, on croit rêver. Lorsque les lycéens ont annoncé leur volonté de rejoindre le mouvement de grève et de participer aux manifestations contre le report de l'âge de la retraite, j'ai cru à une bonne blague. Mais lorsque les premières images de jeunes boutonneux dans la rue - braillant des slogans plus violents qu'efficaces et bloquant les lycées avec des poubelles - sont sorties, les bras m'en sont tombés. Attendez deux secondes, un gamin de 15 ou 17 ans va manifester pour défendre l'âge de départ à la retraite ?? Non mais merde, qu'il commence par passer (et avoir !) son bac ce petit con, quand on voit par exemple le niveau d'illettrisme qui frappe la génération de la bulle Internet, ça fait déjà assez peur.

Et puis n'oublions pas une chose FONDAMENTALE : c'est bien beau d'aller gueuler pour partir à la retraite à 60 berges, mais encore faudrait-il ne pas oublier que lorsque l'on a 18 ans, il reste encore une quarantaine d'années durant lesquelles n'importe quel gouvernement peut faire passer n'importe quelle réforme sur l'âge de la retraite. Imaginez dans 10 ans, un gouvernement qui décide d'abaisser l'âge légal de départ à 59 ans... On dira quoi ? Que les jeunes débiles qui ont pété des vitres dans leurs lycées ont finalement foutu la merde pour rien ? Oui, et ce sera vrai ; et cette génération de protestataires sans cervelle se retrouvera con comme une fiente dans le désert.

A toi, lycéen gréviste qui me lit, pense à ces deux points : d'une part, tu ne sais pas ce qu'il en sera de la retraite d'ici 10, 20 ou 30 ans, et d'autre part, va suivre tes putains de cours au lieu de faire des fautes d'orthographe sur tes banderoles de merde.

Et puis de toute façon, dans 30 ans on sera tous bioniques, alors on pourra bosser jusqu'à 200 ans. Tiens, c'est tout aussi valable comme argument. Bande d'ignares.