Jeudi 23 juillet 2009 à 0:23

"A new dream brought to you by PHARMADEUS"

L'immense affiche a envahi les rues des grandes villes du monde entier. En dessous du slogan, une photo du Pape qui tient dans la main droite un crucifix, et dans la gauche une boîte contenant le fameux miracle : le "Fill Engine", que l'on peut traduire en "Machine qui remplit". Selon le laboratoire, le paquetage comprendra l'objet en lui-même, une notice explicative aussi longue que techniquement difficile à comprendre pour un profane, et un livret vantant les mérites du catholicisme. Le prix a également été fixé : 23 990$, ce qui équivaut à peu près à 15 000€ en cette année 2013 où l'économie mondiale s'est indexée depuis peu sur la monnaie commune européenne. La sortie de crise des années 2009 à 2010 a au moins eu le mérite de centrer les échanges commerciaux et les grands sièges de multinationales en Europe, ce qui fait du Vieux Continent la nouvelle place forte mondiale. Les Etats-Unis ont bien sûr tenté de reprendre le contrôle de l'économie, mais leur système archaïque a eu raison d'eux : les voici désormais dépassés. Les grandes nations asiatiques, quant à elles, ont poursuivi leur expansion fulgurante et la Chine pointe désormais dans les toutes premières puissances planétaires. Cette même Chine a d'ailleurs refusé en bloc l'apparition du Fill Engine sur son territoire, provoquant une immense vague de protestation populaire, à laquelle le gouvernement a répliqué par des arrestations arbitraires et des tirs sur civils. Personne ne sait quelle issue ce conflit interne peut prendre, mais certains analystes évoquent déjà l'implosion de la République Populaire de Chine, minée par la corruption et les passerelles douteuses vers le pouvoir politique.

Tom n'était pas dupe, il était persuadé que ces événements ne changeraient pas la donne dans un pays où le contrôle de la population était devenu le sport national préféré des hommes de pouvoir. Cet ingénieur français expatrié à Pékin depuis plus d'un an n'avait désormais plus qu'une idée en tête : quitter le pays et revenir à Lyon avant que les forces armées ne déboulent dans les rues pour remettre de l'ordre.

Amoureux des cultures asiatiques depuis son adolescence, Tom avait réalisé son rêve en décrochant son premier job d'ingénieur en Malaisie, puis il avait eu l'opportunité de partir en Chine et n'avait pas hésité une seule seconde. Climat, langue, rapports humains, histoire et croyances, tout l'attirait dans ce pays. Il ne prêtait pas vraiment attention aux torts politiques qui secouaient la nation depuis des décennies, il n'était pas né là-bas, de toute façon. Mais ça ne l'empêchait pas de garder un oeil sur les débordements éventuels, après tout il valait mieux ne pas se retrouver au beau milieu d'une guerre civile.

Et ce qu'il voyait là ne l'enchantait pas vraiment. Quitter la Chine n'était pas dans ses projets originels, ou en tout cas pas aussi tôt. Il se retrouvait dans une situation délicate : prendre le risque d'être pris dans une tourmente dont il savait qu'aucun résident ne pourrait y échapper, ou laisser ce pays qu'il aimait tant et retourner en France. La deuxième solution lui paraissait plus raisonnable, et il préférait se mettre à l'abri. C'est ainsi qu'au matin du 3 février 2013, il prit son billet pour Paris, avec toutefois la ferme intention de revenir une fois que tout ça se serait calmé.

***

Un peu partout dans le monde, des voix commençaient à s'élever pour réclamer des preuves de l'efficacité de la découverte de Pharmadeus. Le Fill Engine avait beau être médiatisé à outrance, personne n'en avait encore vraiment vu la couleur, et même les plus enthousiastes se mettaient à en douter. Au milieu de cette tempête, Aurélien devait faire le tri entre les vraies et les fausses informations. C'était doublement difficile, d'une part parce que la seule source d'information était le Vatican et qu'on pouvait toujours penser qu'il s'agissait d'une erreur ou d'une supercherie, et d'autre part parce que ses connaissances en médecine et en biologie moléculaire étaient limitées, comme tout quidam dont ce n'était pas le métier. Il avait alors décidé de se plonger dans des encyclopédies, des articles et des traités de médecine afin d'essayer de se faire sa propre idée des faits. Il mettait ainsi en jeu des milliers d'euros, sous la forme d'actions volatiles et dont la valeur sans cesse en hausse était accrochée à des espoirs plutôt qu'à des certitudes. Mais ça ne l'effrayait pas, il aimait ce risque permanent, cette façon de jouer avec un argent qu'il ne possédait même pas réellement.

***

C'est dans ce climat général de suspicion que Pharmadeus a décidé, le 1er février 2012, de publier un communiqué afin d'apporter des précisions à sa découverte.

"A tous les peuples de notre Terre,

Vous le savez, nous sommes à l'orée d'un changement extraordinaire, d'une avancée plus importante encore que la découverte du feu par nos ancêtres. Nous allons entrer dans une nouvelle ère, un monde où l'homme repoussera les limites de son propre corps. Le miracle est proche, le Fill Engine est en phase expérimentale mais ses effets ont d'ores et déjà été prouvés par nos laboratoires et nos équipes de tests.

Imaginez un instant qu'une simple blessure, une fracture, une brûlure ou un accident corporel n'aient plus aucun sens. Imaginez que votre corps comprenne qu'il a été agressé, et qu'il soit capable de se réparer tout seul et à une vitesse incroyable, sans laisser aucune séquelle. Imaginez qu'il puisse se régénérer.

N'imaginez plus, le Fill Engine sera très bientôt disponible. Nos chercheurs ont créé cet implant capable de diffuser un matériel à la fois génétique et robotique qui aide le corps à se régénérer. Notre foi nous a mis sur la voie, et cet implant est un miracle de Dieu.

Soyez prêts pour la plus grande avancée de tous les temps. PHARMADEUS détient désormais la solution.
"

Ce communiqué a au moins eu pour effet de faire hurler la planète entière. Trop vague, trop ambitieux, mêlant prosélytisme et prétentions scientifiques, les réactions ne se firent pas attendre. Tous les laboratoires pharmaceutiques qui voulaient participer aux tests redoublèrent de zèle pour attirer l'attention de Pharmadeus. Une bonne partie des hésitants se rallièrent à la réalité prônée par le Vatican. Ceux qui n'avaient pas changé d'avis et restaient plus que jamais sceptiques essayaient de se faire entendre en étalant des faits scientifiques plus ou moins fondés. Une chose était sûre : quoi qu'il se passe, jusqu'au fin fond des contrées les plus reculées, on ne parlait plus que de ça...

Mercredi 1er juillet 2009 à 15:44

Et voici le début d'une nouvelle fiction, avec en toile de fond tous les ingrédients que j'ai l'habitude d'utiliser... C'est parti pour un projet qui pourrait m'occuper pendant un bon moment.


Les Observateurs


Paris, le 12 janvier 2013

"La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre. Des milliers de gens sont sortis spontanément dans les rues, certains pour manifester leur joie, d'autres pour crier au scandale. On apprend qu'une cinquantaine d'interpellations ont eu lieu entre 14h et 20h rien que dans la capitale, et plusieurs incidents ont opposé les manifestants à des forces de l'Ordre visiblement étonnées de l'ampleur qu'ont pris les événements. Désormais, une question capitale se pose : sommes-nous à l'orée d'une incroyable découverte qui pourrait révolutionner le destin de l'humanité ?"

Londres, le 14 janvier 2013

"De plus en plus d'interrogations sont soulevées par des scientifiques de tous les pays du monde. La plupart restent en effet sceptiques face à l'annonce de la découverte faite par le laboratoire Pharmadeus, qui comme chacun le sait est détenu à 94% par le Vatican. L'Eglise Catholique prétend avoir dépensé des sommes astronomiques d'argent afin d'arriver au résultat que Pharmadeus nous présente aujourd'hui. La grande majorité des laboratoires pharmaceutiques leaders du maché mondial appellent à la vérification des résultats et à des expertises indépendantes. Tous se proposent pour réaliser ces tests, et tous espèrent en secret confirmer les résultats et s'attribuer une part du gâteau qui, si l'incroyable nouvelle est confirmée, promet d'être colossal."

Bordeaux, le 18 janvier 2013

"Le calme est revenu sur le site de l'Université des Sciences Humaines, où les étudiants avaient barricadé les amphithéâtres afin d'affirmer leur mécontentement. La thèse du complot religieux a rapidement été retenue par la quasi totalité des futurs médecins et pharmaciens, qui se sont dès aujourd'hui décidés à entamer des recherches afin de prouvé l'infondé des allégations de Pharmadeus, qu'ils jugent scandaleuses."

***

Difficile de se faire sa propre idée, au milieu de cette cacophonie médiatico-scientifique. Alexis, du haut de ses 28 ans, avait du mal à garder la tête froide, son occupation principale n'étant pas pour arranger les choses. Il était ce qu'on appelle un boursicoteur, un trader indépendant, l'un de ces gens qui passaient le plus clair de leur temps à suivre les valeurs boursières, à investir et à revendre, à surveiller les cours du marché. Les actions qu'il possédait dans la plupart des grands groupes pharmaceutiques mondiaux avaient explosé, et il se retrouvait virtuellement détenteur d'une jolie petite fortune. Maintenant, il fallait réagir très rapidement, et choisir l'une des deux voies qui s'offraient à lui : continuer de spéculer sur ces titres en prenant le risque de perdre gros dans le cas d'un effondrement brutal, ou tout revendre et toucher un beau pactole, mais peut-être inférieur à ce qu'il aurait pu toucher quelques jours voire quelques semaines plus tard.

Il se retrouvait donc à suivre les actualités scientifiques, son choix boursier étant désormais lié aux expertises menées sur la fantastique découverte. Si elle s'avérait réelle, c'était le jackpot. Bingo ! Suffisamment d'argent pour voir loin et sans trop se poser de questions. Mais si l'annonce était en fait une vaste supercherie, ou simplement une erreur expérimentale, il faudrait être extrêmement lucide et espérer ne pas avoir trop d'actions à revendre. Alexis épluchait donc les rumeurs, les communiqués plus ou moins officiels, il écumait le Net à la recherche d'une information plus fiable que les autres. Son intérêt premier était purement financier, et il était tellement pris dans cet engrenage qu'il avait à peine accordé de l'intérêt à la formidable avancée que pourrait représenter la découverte pour l'humanité...

[A suivre...]

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast