Dimanche 24 février 2008 à 3:12

Pas là pendant quelques jours. Stop.

De retour jeudi soir. Stop.

Destination : tenue secrète. Stop.

La bise aux poissons rouges.

Dimanche 10 février 2008 à 16:25

Dans toute relation, qu'elle soit amoureuse, amicale ou simplement cordiale, il y a toujours ce maillon, le plus petit, le tout premier, celui qui vient de l'extérieur. Ce premier maillon qui amène les gens à se connaître est souvent une connaissance commune, que son rôle soit passif ou actif dans la création de la chaîne. Ce premier maillon est souvent oublié, et son origine également. Celui qui vient de l'extérieur.

Je suis ce lien, ce dénominateur commun à bien des gens autour de moi, et désormais certains se lient même sans que j'en ai conscience. Un dénominateur flou, noyé dans le brouillard de la longue chaîne relationnelle, voilà ce que je suis. Et pourtant... J'aimerais voir certaines relations se briser, des gens que je n'aurais jamais voulu voir se connaître. J'aimerais voir d'autres relations se former, mais mes efforts restent vains.

Toile d'araignée que ce tissu relationnel, sac de nœuds vu de l'intérieur. Sac de nœuds farci de rumeurs, de mots et de souffles, de fantômes et de doutes, de faux et de faux semblants... R. m'a dit il n'y a pas si longtemps que l'on ne s'entourait que des gens qui en valaient la peine, et que l'on éliminait les autres. Il avait raison, cette sélection naturelle est également mon point de vue, mais est impossible dans mon cas, précisément à cause de cette toile d'araignée. Je ne peux effacer personne, puisque tout le monde connaît quelqu'un d'autre dans le cercle. Si j'efface quelqu'un, j'efface quasiment tout le monde. Un pour tous...

Sac de nœuds, sacré bordel même. Je voudrais faire ce tri... Mais je ne peux pas, ou peu. Et tous ont oublié qui était le créateur de leur premier maillon, qui était leur dénominateur commun, celui qui de par son existence leur a permis de trouver un sujet de conversation la première fois.

Un jour, le cercle sera définitivement trop grand. Les chaînes se briseront, et tous se souviendront tout à coup du premier maillon. Mais ce sera un mauvais souvenir, le souvenir de celui qui les a fait s'engueuler aujourd'hui. Ils lui jetteront la première pierre. La première pierre pour le premier maillon... La boucle est bouclée.

Mercredi 6 février 2008 à 3:39

Soirée arrosée, une soirée de plus. L'alcool coule, les têtes tournent, les rires fusent et les comportements se débrident. Les regards se croisent, s'échangent des informations confuses, et finissent par retomber sur le verre posé sur le comptoir. Certains finiront la soirée en bon état éthylique, d'autres auront l'honneur de voir de près le contenu de leur estomac.

Il en reste un, le conducteur. Lui, il n'a pas bu, ou très peu. Parfois, ce même conducteur se lance au contraire dans une surenchère d'arguments tous plus débiles les uns que les autres. Je connais la route, je sais comment éviter les contrôles, je ne roule pas vite, je maîtrise mon véhicule. Tu maîtrises rien, oui. J'ai quelques principes, malgré le fait que j'évolue dans le milieu de la nuit, ô combien tentateur et trompeur. On est voué à soi-même et à sa conscience, lorsque l'on y vit. Et un principe m'est cher : ne pas conduire après avoir bu. Je serais toujours blasé de voir des gens prendre le volant avec une dose d'alcool conséquente dans le sang.

Ouais, c'est chiant hein les types qui font la morale ? Surtout quand c'est pour ressasser des vérités générales, oui on le sait qu'il ne faut pas boire avant de conduire, mais bon, juste une fois...

Juste une fois. T'inquiètes, l'accident, t'en auras qu'un, là aussi.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast