Vendredi 29 juin 2007 à 9:46

Trop occupé en ce moment pour m'occuper de mon blog. Trop de choses à faire... Les vacances, c'est fatiguant !



Mardi 26 juin 2007 à 20:36

Petite étude sociologique pour aujourd'hui... Nous allons nous intéresser au concept de différence, dans son sens le plus social du terme, à savoir la démarcation entre les individus.

Vous aurez remarqué que l'être humain a souvent tendance à vouloir se démarquer de ses semblables, pour des raisons qui semblent souvent floues. Les exemples sont innombrables : du gamin qui se pointe à l'école avec ses nouvelles chaussures Spiderman en passant par l'adolescent qui veut qu'on le remarque jusqu'à l'homme d'affaires qui cherche à acheter la voiture la moins banale possible pour s'attirer le regard de ses collègues... Tous les jours, nous vivons dans ce culte de la différence, sans même nous en rendre compte.

Et le plus intéressant, c'est que nous nous comportons quasiment tous de cette manière : en cherchant à posséder ce que l'autre n'a pas, par exemple.

Ce concept de démarcation remonte à l'époque où l'homme n'était encore qu'un animal sauvage. Le plus fort avait la plus grosse part de gibier après la chasse, le plus intelligent avait construit un tas de pièges pour ses proies, le plus habile s'était construit un abri très pratique en cas d'intempéries, et j'en passe. Maintenant, réfléchissons un tantinet. A cette époque là, l'homme en tant qu'être "évolué-mais-pas-trop" était toujours guidé par un instinct que tous connaissent : l'instinct de reproduction. Dérivé de l'instinct de survie, ce comportement est présent chez une bonne partie des espèces vivantes peuplant cette Terre. De nos jours, il est plutôt enfoui très profond dans notre inconscient, mais aux balbutiements de l'humanité, il faisait partie intégrante des comportements conditionnant les actes de l'homme. Et quoi de mieux que de se faire remarquer pour obtenir les faveurs de mademoiselle ?...

De cette recherche de la différence en tant que raisonnement vital, on est aujourd'hui passé à une recherche de la différence en tant que comportement fossile. Et de fait, le but avoué n'est pas si différent : se montrer, se faire remarquer. Quid de la reproduction ? Bah si, vous le savez très bien, celui que l'on voit arriver de loin, qui parle plus fort et qui danse mieux que tout le monde, c'est toujours celui qui repart avec la plus belle fille de la boîte à la fin de la soirée. Bon, c'est très cliché, je vous l'accorde, mais si proche de la réalité... Maintenant que l'amour a pris une véritable dimension sentimentale chez l'espèce humaine, cela n'a plus grand chose à voir avec la préhistoire, mais les réminiscences sont là et bien là.

Pour ce qui est d'un point de vue plus général - c'est à dire en occultant le rapport de séduction - on peut tout simplement élargir ce que l'on vient de démontrer. Se mettre en valeur en jouant sur un atout, qu'il soit matériel ou purement lié au caractère, c'est une très bonne arme pour avancer. En revanche, il incombe à tout à chacun de savoir où sont les limites...

Montrer ses différences, c'est bien. Mais chercher à tout prix à se construire des différences, cela devient très vite complètement débile. Comprenez par là que l'on est très vite excessif lorsque l'on se donne des airs. Les modes sont un peu la vitrine de ce trop plein d'auto-marginalisation : on a déjà notamment vu les Emos ou la Tecktonik, mais ce sont deux des phénomènes les plus récents, sachant que les mouvements de mode sont bien plus vieux que la plupart d'entre nous. Bref, savoir faire la part des choses est essentiel, et c'est justement un raisonnement qui fait défaut à beaucoup d'adolescents de nos jours.

C'est peut-être aussi le rôle des générations précédentes de leur faire comprendre que la différence appelle parfois l'indifférence...

Samedi 23 juin 2007 à 13:28

Rendez-vous à tous ceux qui le savent déjà, à tous mes clients préférés, et à tous les bordelais curieux ce soir à l'Alligator pour la dernière du Terrier ! Je précise pour le lecteur moyen : l'Alligator est un bar, le Terrier est le nom de la salle bar-club du sous-sol, je suis serveur et DJ dans cette salle, et ce soir c'est la dernière de l'année. Soirée cadeaux, soirée de tous les excès, réouverture en septembre !



Soyez là ce soir, et n'oubliez pas à la rentrée, lorsque le Terrier réouvrira ses portes, vous aurez quelques surprises...

Vendredi 22 juin 2007 à 19:06

Et voilà, la fête de la musique édition 2007 a fermé ses portes hier. Petit historique pour les curieux : nous devons cette fête populaire à Maurice Fleuret, journaliste et organisateur d'événementiels musicaux, ainsi qu'à Jack Lang, qui l'a lancée le 21 juin 1982.

Au fil du temps, cette fête est devenue incontournable pour les jeunes et les moins jeunes, mais surtout pour les artistes, leur permettant ainsi de promouvoir leur musique au plus grand nombre.

Petit bémol cependant : plus les années passent, plus c'est le bordel. L'année dernière à bordeaux, nous avions eu droit au cordon de CRS qui gaze et qui charge ; cette année c'était plus disparate, mais tout de même rempli d'idiots finis. Travaillant dans un bar de nuit sur Bordeaux, j'ai vu défiler à mon comptoir tous les jeunes les plus cons que l'on puisse trouver sur la planète.

Bagarres, nez cassés, gaz lacrymogènes, merdes de tout ordre, et j'en passe... Plaidons en faveur d'une fête populaire et bon esprit, là où elle se transforme en prétexte pour les blaireaux à l'embrouille facile et gratuite. A quand une véritable fête "de la musique" ?

Jeudi 21 juin 2007 à 12:54

Bon. J'avoue, je ne voulais pas le faire, j'aime pas les chaînes et autres trucs du genre. Mais lorsque j'ai vu que celle-ci était suivie par des gens biens, je me suis dit que ça devait être Coule, et que par conséquent je ne devais pas décevoir Servane, qui me l'a passée.

Nan j'déconne, c'est pas aussi simple que ça. Mais si je vous parlais des conséquences possibles sur une future troisième guerre mondiale et de l'implication de la fille cachée d'Edith Piaf dans l'histoire, vous penseriez que c'est trop compliqué. Bon alors, c'est quoi le principe ? Mademoiselle Servane m'a donc lâchement refilé ce jeu, je dois donc édicter 7 secrets me concernant, et passer la main à 7 personnes.

On est pas dans la merde.

1. J'essaie de toujours poser le pied gauche après la dernière marche d'un quelconque escalier. Je vous rassure, ma santé mentale est d'acier.

2. Je fais partie de cette catégorie d'étudiants qui a toujours trouvé le moyen de s'en sortir sans bosser. J'ai même du mal à croire tout ce que j'ai réussi à faire pour arriver là où je suis.

3. J'aime ni le coca, ni le nutella, ni les bonbons, ni McDo. D'une manière générale, j'aime pas trop le sucré, à part le chocolat. Je préfère le salé. Enfin, quand je dis que j'aime pas, c'est que tant qu'il y a autre chose, je prends autre chose.

4. J'aime pas l'informatique non plus. C'est con, j'suis étudiant en licence d'info. Enfin, y'a quelques trucs que j'aime, mais c'est restreint.

5. J'ai jamais vu Star Wars, et j'ai pas envie. En revanche j'ai lu tout Tolkien. Le rapport ? Aucun. En même temps, personne n'a dit que ce questionnaire devait être logique.

6. J'ai eu peur du noir jusqu'à très tard, aux environs de 17, 18 ans. Maintenant, ça va mieux, mais j'irai pas me promener dans une forêt noire. Le bois, hein, pas le gâteau, lui je l'adore.

7. J'ai peur du vide, enfin de la hauteur quoi. C'est pas le vertige au sens clinique du terme, mais il suffit de me coller sur un balcon au deuxième étage pour que je rentre aussi sec.

Voilà pour les secrets. Impressionnant, non ? N'allez pas croire que cela va changer la face du monde, vous auriez bien largement tort. C'est pire.

Je passe donc la flamme à Atom (il va adorer), Margritis (heu... même chose), Morgoth (du cul, du cul), Samantha (heu... même chose bis), Demon (pas taper), Ankou (on sait jamais) et enfin DarkmoOn (normal quoi).

Jeudi 21 juin 2007 à 12:11

Rapport de stage... OK.
Diaporama... En cours.
Emmerdement... Maximum.
Finances... Minimum.
Musique... Fantastic Plastic Machine.
Genou... Mal en point.
Moral... Très bas.
Humeur... Fluctuante.
Envies... Néant.
Temps... De merde.
Ocean's 13... Vu.

La fête de la musique avec l'arrivée de l'été... Tu parles. Et pourquoi pas la fête de l'été avec l'arrivée de la musique ? De toute façon, le temps n'incite personne à faire la fête, ni à faire un tour à la plage. Pour ma part j'ai surtout envie de retrouver un véritable sourire...

Ah oui, au fait : Ocean's 13 est mieux que Ocean's 12, mais moins bien que Ocean's 11. M'enfin, pour cette dernière comparaison, c'était à prévoir.

Lundi 18 juin 2007 à 17:45

"On aura deux enfants, un de chaque modèle"

Le monsieur joKeR n'a pas encore tout compris au rôle de père je crois...


Cet article n'a pas été posté en mode invité...
Hey ouais, on est VIP ou on ne l'est pas...
Moi j'suis loguée pour de vrai, et j'peux tout casser si j'veux !












Ou pas...




Lundi 18 juin 2007 à 16:47

Attention, âmes sensibles s'abstenir. Ma théorie tend à prouver que deux personnes peuvent avoir raison alors qu'elles se contredisent. Et ceci est la mise en forme propre et lisible d'un dialogue MSN entre la future mère de mes enfants et moi.

"Bin regarde... Prenons deux protagonistes, par exemple nommés A et B. Prenons ensuite une discussion entre A et B, une discussion imposant une prise de position, et donc par conséquent deux points de vue différents. Admettons comme acquis que le point de vue de A soit le bon.

A a donc raison. Bien. Maintenant, tournons nous vers B : il a tort, c'est logique. Mais puisque A a raison, B a raison d'avoir tort, étant donné que de toute manière, cela va dans le sens du fait qu'il ait tort. B a donc raison. Mais sachant que A a raison, les deux personnes ont donc raison, bien qu'un seul point de vue sur les deux soit le bon"

Réponse de mon interlocutrice :

"Si tu le dis !"

Quoi, j'ai pas raison ?...

Dimanche 17 juin 2007 à 21:53



Mon papa c'est le plus beau ...

sauf quand :

 Il me fait sa toupie
Joue au branleur
Tire une tête de mickey
Bois sa bière comme un mec
Se la pète torse-nu dans son bar
Se ballade dans sa belle bagnole
Me kick sur le tchat
Joue au super-admin super-méchant.
Et le sera encore moins si il supprime mon post.

Mais c'est mon père quand même.


Bonne fête papounet

 



Ta fille indigne mais adorée

Dimanche 17 juin 2007 à 16:59

Si vous ne le saviez pas encore, la mousse c'est mal. Je parle bien entendu de la mousse au sens de cette saleté d'organisme végétal de la branche des bryophyta, soyons clairs. Vous savez, ce truc verdâtre qui pousse un peu partout, et en l'occurrence sur les terrains de tennis mal entretenus. Une course un peu longue, un pied qui glisse, l'autre qui refuse obstinément de se déplacer, et le genou qui se barre.

Remarquez, je l'ai toujours pas retrouvé, en revanche j'ai gagné une entorse du ligament latéral interne en échange. S'cool. Juste avant l'été, c'est vraiment ce qu'il me fallait, moi qui ne supporte pas l'inactivité.



Tout va bien sinon. Petit rappel à l'égard des autistes : les bacheliers sont en vacances, les lycéens en général sont en vacances, les étudiants sont pour beaucoup en vacances, mais pas moi.

Oh et puis merde. Non, ça va pas, non je suis pas dans une bonne période, et ça dure depuis quelques temps maintenant. Non, je n'ai pas besoin qu'on m'en parle, j'ai déjà des amis qui sont là. Oui, je suis de mauvaise humeur, et c'est chronique.

Attends, pour une fois que je raconte ma vie ici, ça devrait déjà être assez. Quoique, je le fais beaucoup en ce moment. Depuis le début de cette mauvaise passe en fait. Et je sais pas pourquoi, mais ça me donne envie de faire le tri, le gros tri, autant matériel qu'affectif.

Demain il fera beau.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast