Jeudi 29 juin 2006 à 1:28

Certains d'entre vous connaissent peut être déjà mon tutorial CSS... J'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai refait quelques détails, et surtout que j'y ai ajouté une grosse tagboard, afin que vous puissiez laisser vos questions, messages ou autres traces de votre passage.

J'ajoute également que de ce fait l'adresse de la page a changé, mais que vous pouvez toujours retrouver sur l'ancienne adresse un lien vers la nouvelle. Le tutorial est désormais disponible...

 ici

Je rappelle à ceux qui ne le sauraient pas que ce tutorial CSS doit vous permettre de saisir les bases d'un système qui vous donne la possibilité de créer des designs complètements différents les uns les autres (comme par exemple le mien) et tout à fait originaux. Condition requise : avoir l'offre Premium. Je rappelle également que toute suggestion concernant l'ajout de quelque chose qui n'est pas dans le tutorial peut du coup désormais être faite dans la tagboard, ou encore et toujours par mail.

A vous de jouer !

Mercredi 28 juin 2006 à 23:50

En fait, c'est que j'ai plus rien à dire ici en ce moment... Je sais pas, j'ai beau chercher, je trouve rien à écrire. Lorsque l'inspiration reviendra, je me remettrai à poster, mais là c'est silence radio.

De toutes façons, certains évènements récents m'imposent un peu de calme, alors ne pas poster n'est pas vraiment un problème.

Allez, pour dire que j'ai pas posté pour rien, voici un alphabet :

A.B.C.D.E.F.G.H.I.J.K.L.M.N.O.P.Q.R.S.T.U.V.W.X.Y.Z

Génial non ? Ouais, j'ai rien à dire, et je préfère signaler à mes éventuels lecteurs qu'affirmer que l'on n'a rien à dire est toujours mieux que de penser raconter des trucs intéressants. Sur ce...

Dimanche 25 juin 2006 à 3:32

Un petit commentaire un peu long pour Shakrina, en réponse à sa réponse sur mon article concernant les évènements de la fête de la musique (un peu plus bas...)

Y'a comme un problème dans tes déductions.

D'une, tu as certainement lu mon article en diagonale pour venir affirmer qu'il est possible de le résumer en "J'aime pas les flics". Il suffit de lire le premier paragraphe : il y a toujours eu des blaireaux qui méritent de se faire embarquer. La morale de mon article est simple : sanctionner, je veux bien, mais sans pénaliser pas loin d'un millier de personnes qui n'ont rien demandé. Alors, oui, les CRS dont je parle ont été très cons, je ne reviendrai pas dessus, mais je ne suis pas sectaire au point de dire que tous les flics sont des cons, ce que je n'ai d'ailleurs jamais écrit nulle part.

De deux, tu as beau dire ce que tu veux, ton commentaire commence par "Moi je dis amen aux débordements de la police", et ça c'est un autre problème. Cette phrase ne signifie pas "tous les flics ne sont pas cons, y'en a des biens" (ce qui soit dit en passant est tout à fait vrai), elle signifie "vive les débordements". Et un débordement, par définition, c'est quelque chose en TROP. Encenser le geste de trop, j'assimile ça à de l'extrémisme. Oh, c'est certainement une réflexion d'adolescent "pseudo rebelle, lâche et égoïste" comme tu dis, mais c'est ce qui ressort de cette phrase. D'ailleurs, ne te prend pas non plus pour un donneur de leçons pour qui tous ceux qui sont contrariants sont des ados boutonneux, ce serait une grave erreur. Du même coup, je suis bien obligé de te dire que dans mon cas précis, c'en est effectivement une.


Tu critiques les généralisations, les états de pensée uniformes (tiens, tant qu'on parle d'uniforme...), l'effet de masse, mais cela t'amène à deux erreurs incontournables : la première, c'est que je n'ai jamais généralisé quoi que ce soit (j'aime beaucoup les gens qui se donnent le pouvoir de lire entre les lignes ce qui n'a même jamais été pensé par l'auteur) et la deuxième c'est que le raisonnement que tu emploies pour arriver à cette conclusion est, lui aussi, simpliste et primaire.

Dimanche 25 juin 2006 à 2:40

Allez... Pour faire plaisir à ceux qui aiment me rappeler aimablement que je suis narcissique, voici une petite photo.



Et oui, en cette heure tardive, il est bon d'économiser le peu qu'il me reste de neurones. Ainsi, un tel article ne demande aucun temps de réflexion. Génial, non ?

Un petit mot pour JP : si jamais un jour tu passes par ici, sache que c'est nous qui te devons un grand merci. Bonne continuation...

Jeudi 22 juin 2006 à 13:33

Ouais, j'veux bien qu'il soit nécessaire d'encadrer des évènements tels que la fête de la musique avec quelques dizaines de types casqués et protégés par des boucliers. Ouais, j'veux bien admettre qu'il y ait des fouteurs de merdes, et que les CRS soient là pour calmer ces blaireaux. Ouais, j'suis d'accord, ceux là ils méritent de se faire embarquer. Mais si seulement ce n'était que ça...

Fête de la musique à Bordeaux, 20000 personnes dans les rues chez nous hier soir. Rue Ste Catherine, la plus longue rue piétonne d'Europe, noire de monde d'un bout à l'autre. A une extrémité, justement, un mur de CRS en tenue de combat - pardon, faut dire "anti-émeute", c'est tellement plus classe, et puis ça fait plus sérieux... Il est un peu plus d'une heure et demie du matin, tout le monde s'amuse. Alors pourquoi faut-il que ces surveillants de maternelle refoulés balancent une salve de grenades lacrymogènes et intoxiquent la rue sur plus de 200 mètres ?

Scènes poignantes. Nous nous sommes terrés dans "notre" bar, ils viennent de fermer les portes. Tout le monde court, dehors. Le videur a du courage, il reste à l'extérieur pour ouvrir la porte à ceux qui veulent se réfugier à l'abri. Peine perdue, à l'intérieur les gaz lacrymogènes ne s'échappent pas, et tout le monde crache tout ce qu'il peut. Distribution de verres d'eau. Les toilettes sont prises d'assaut. Une jeune fille entre dans un état effrayant, soutenue par deux de ses amis. Elle crie "Je vais mourir !!". Tout le monde sait très bien que ce n'est qu'un mauvais moment à passer, mais personne ne peut réprimer un pincement au coeur, le malaise ambiant nous gagne tous. Certains se prennent d'envie de sortir, de courir vers les CRS qui sont à peine à 100 mètres de là, et de taper jusqu'à ne plus rien sentir.

Un quart d'heure après, les éternuements se font rares, la situation est redevenue à peu près normale.

Bonne fête de la musique...

Tout ceci s'est réellement passé, hier soir, sous mes yeux. Oh, certes, c'est écrit avec une pointe de lyrisme qui rajoute un peu de drame aux évènements. Mais ce qu'il y a à retenir ne s'arrête pas aux larmes de la pauvre demoiselle qui a passé dix minutes à se faire asperger pour retrouver des couleurs. Ces flics avaient-ils vraiment besoin de tirer des grenades dont ils savent pertinemment qu'elles sont extrêmement puissantes ? Evidemment, il fallait disperser les fauteurs de trouble... Dispersion qui a pénalisé au bas mot pas loin d'un millier de personnes présentes au même endroit au même moment. En effet, le lieu où les grenades ont été tirées est extrêmement passant, entre le début de la rue Ste Catherine et la Place de la Victoire, haut lieu des fêtes bordelaises. Ils n'auraient pas pu choisir mieux pour foutre leur merde...

Mardi 20 juin 2006 à 17:20

Soutenance... Ok.
Stage... Ok.
DUT... Ok !

Et me voici donc avec mon premier diplôme en poche...

Ma foi... Les vacances commencent !

Lundi 19 juin 2006 à 20:45

Voici quelques superbes citations, que j'ai promis à leurs auteurs respectifs de poster... Attention, ce sont des phrases qui ont réellement été prononcées, je tiens à préciser que c'est du vrai de vrai. Et j'ai des témoins. Vous ne m'aurez pas.

Marie : "Tu t'es fait piquer par un bouton de moustique !"
> J'avais effectivement un gros bouton...

Moi : "Quand t'es perdue, tu regardes quoi ?"
Celia : "Bin... Ma montre !"
> Vérification faite, elle n'avait même pas de montre.

Bastien : "T'as pas encore vu toutes les propriétés de ma chérie !"
Et quelques minutes après : "J'en ai marre de faire le firewall entre vous deux..."
> Les réflexes des informaticiens sont vraiment débiles.

Benji : "C'est une gueule de mâchoire..."
> J'ai failli l'oublier, celle là...

Bref, inutile d'épiloguer.

Sachez, sales ignorants, que je ne moque absolument pas des auteurs de ces vérités frappantes, moi même étant parfois assez enclin à déclamer ce genre de subtilités. Enfin... J'avoue que c'est quand même assez funky.

Samedi 17 juin 2006 à 21:48

coucou ici c'est meteora et whaouuuuu on squatte le pc de jok et par la meme occasion son blog ! oui on sait c'est maaaaaaal !!! mais ça fait du bien la ou ça fait mal !!! heuh maintenant je vais pourrir le blog de nolwenn ? ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii


Camille = whaouuuuu




et puis ben pour finir
PWET !!!!




n'oubliez pas ................................... la plume est libre mais pas l'oiseau ............. car il est dans la cage !!!!!!!!! ( euh!! ok, tu sos euh non  ketchup!!!)

Vendredi 16 juin 2006 à 11:08

Et voilà, c0wvivor, c'est maintenant vraiment terminé. Je passe définitivement à autre chose, maintenant que le document téléchargeable est finalisé dans sa version complète, avec pas loin d'une quarantaine de FanArts.

Téléchargement : c0wvivor.pdf

En espérant que vous aurez apprécié cette grande saga, je vous laisse à la lecture de l'oeuvre complète. Attention tout de même si vous voulez l'imprimer : il y a 77 pages... Mieux vaut imprimer en recto verso, ou mieux encore, en recto verso avec deux pages par feuille...

J'en profite également pour glisser un mot qui n'a rien à voir : je termine aujourd'hui mon stage de fin de DUT, par conséquent je ne serai plus aussi présent sur le chan que ces deux derniers mois (cherchez l'erreur de logique...)

Jeudi 15 juin 2006 à 23:01

Et voilà, je crois que j'ai atteint mon plus haut niveau de geekitude jamais espéré... Démonstration en images :



Avec de gauche à droite :

- Une tour DELL Pentium III 900MHz avec 384Mo de RAM, disque dur 20Go, 6 ports USB dont 4 USB2.0, Carte WiFi Netgear WG311v3. OS installés : Windows XP Pro LSD3.5, Ubuntu Linux Dapper Drake.
- Un portable Macbook Pentium Dual Core 1,83GHz avec 1024Mo de RAM, disque dur 60Go, AirPort WiFi 802.11g, Bluetooth, 2 USB2.0 et 1 FireWire. OS installé : Mac OSx TIGER. OS émulés : Windows XP Pro LSD3.5, Ubuntu Linux Dapper Drake.
- Un disque externe Packard Bell 160Go
- Un portable Acer Aspire 1300 AMD Athlon 1600+ avec 256Mo de RAM, disque dur 20G, 2 USB1.0, Carte WiFi Netgear WG511GT turboG 108Mb/s. OS installés : Windows XP Pro LSD3.5, Ubuntu Linux Dapper Drake.

Derrière tout ça se cache une carte son externe Creative Soundblaster USB, compatible avec les trois machines, et reliée à une table de mixage Behringer 8 entrées, un ampli Sony 150W et deux enceintes Alesis Home Studio 370W.

Et quelque part planqué dans la maison, un modem routeur WiFi Netgear DG834GT turboG 108Mb/s pour assurer la connexion de tout ce matos...

Prochainement, le portable Acer va filer entre les mains de mon père, et la tour DELL va peut être prendre la direction de la chambre de mon frère. Dans ce cas, je garderai le Macbook, et bien sûr mon disque externe et ma carte son externe.






[...]

Bon, ok, c'était la minute déballage. Et alors ? Ca fait du bien aussi, des fois.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast